Jean-Denis Déraspe

Bonjour. Je suis Jean-Denis.

J’écris sur la santé globale, la perte de poids, la gestion du stress et le développement personnel.

Pour apprendre comment j’ai perdu 50 livres pour atteindre mon poids santé, cliquez ici.

Pour savoir comment je gère mon stress et mon anxiété, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur moi, cliquez ici.

Notre cerveau déteste la monotonie et adore la variété… et on peut perdre du poids en exploitant ce mécanisme.

Avez-vous déjà remarqué? Plus on mange un même aliment, plus il devient monotone.

Par exemple, prenez votre aliment préféré. N’importe lequel. Ensuite, essayer de manger SEULEMENT CET ALIMENT, matin, midi, soir, pendant 2 jours.

Après 2 jours, vous serez probablement dégoûté.

En passant, n’essayez pas réellement ça à la maison! C’est un exemple pour illustrer mon propos. 😉

Toute votre vie, vous avez adoré cet aliment. Après 2 jours à ne manger que ça, vous devez presque vous forcer à le manger. Quand on mange encore et encore le même aliment, notre cerveau le trouve monotone et il en veut de moins en moins.

Notre cerveau n’aime pas la monotonie.

Résultat : on mange de moins en moins de calories même si notre diète (malsaine et monotone) n’a pas changé. L’inverse est aussi vrai. Plus nos aliments sont variés, plus notre cerveau est excité et plus nous avons envie de manger.

En fait, ce dégoût de notre cerveau pour la monotonie est si puissant, que le simple fait d’IMAGINER manger encore et encore le même aliment réduit la quantité qu’on mange réellement! C’est ce que démontrent les études.

Vous me voyez venir?

C’est pourquoi LA PIRE chose à faire est d’avoir une variété de malbouffe à la maison. Notre cerveau a à peine le temps de trouver ce biscuit monotone qu’il se met à désirer ce muffin, ce chocolat, cette crème glacée, ces chips, cette boisson gazeuse, ce croissant, ce bacon, ces frites.

Donc, on mange infiniment plus de calories.

Et si on utilisait ce mécanisme de notre cerveau pour perdre du poids?

Par exemple, si vous devez absolument manger des aliments gras, sucrés, riches en calories ou moins bons pour la santé, pourquoi ne pas limiter votre choix à un seul de ces mauvais aliments? Choisissez un aliment de malbouffe que vous pouvez avoir dans votre garde-manger. Un seul.

À l’inverse, multipliez la variété de fruits, de légumes, de protéines maigres et autres aliments non transformés. Plus il y aura de variété, plus vous en mangerez.

Et ça aura 3 effets bénéfiques.

D’abord, vous mangerez beaucoup plus de fruits, de légumes et d’aliments santé. Vous nourrirez votre corps avec un paquet de molécules anti-cancer, anti-inflammatoires, protectrices pour le coeur, les artères et le cerveau.

Ensuite, comme votre estomac sera toujours plein (de bons aliments non transformés), vous aurez naturellement moins faim pour manger des aliments riches en calories. Vous serez toujours rassasié, mais vous perdrez quand même du poids.

Finalement, même lorsque vous aurez faim, vous aurez moins envie de manger cet unique aliment de malbouffe. Votre cerveau regardera la variété d’aliments santé et la comparera à la monotonie de cette malbouffe. Et entre la monotonie et la variété, votre cerveau choisira l’excitation de la variété. Même si c’est une variété de fruits et de légumes.

Là encore, vous perdrez du poids.

Notre cerveau adore la variété et déteste la monotonie. On peut exploiter ce mécanisme pour perdre du poids et être plus en santé.

 

Recevez mes MEILLEURES astuces

Aimeriez-vous savoir...

Comment j'ai perdu 50 livres et atteint mon poids santé?

• Comment je gère mon stress et mon anxiété?

 

Sources : Cliquez ici pour voir les études scientifiques qui appuient ce texte.

Stress et anxiété : la pleine conscience transforme notre cerveau

Vous le savez, je suis un grand fan de méditation pleine conscience. C’est un moyen simple pour réduire le stress et l’anxiété.

Mais saviez-vous que cette méthode peut réellement transformer votre cerveau pour le rendre plus calme?

Voici comment…

Un cerveau plus calme et moins effrayé.

Notre cerveau possède une région responsable d’évaluer les menaces et de déclencher la peur. C’est la région de l’amygdale (à ne pas confondre avec « les amygdales », qui sont situées dans votre gorge et qui deviennent douloureuses lorsque vous avez une infection).

Une étude en neurosciences de l’Université Stanford a constaté qu’au bout de huit semaines de méditation pleine conscience, l’amygdale des participants réagissait déjà moins.

Fascinant, non?

En huit semaines, le cerveau des participants s’était transformé et la région associée à la peur était moins active.

Des chercheurs de l’Université Harvard ont même démontré que la pleine conscience pouvait diminuer le nombre de neurones dans cette région de l’amygdale.

Donc, la région du cerveau associée à la peur était devenue moins active ET plus petite. Et ces changements correspondaient à une diminution de stress chez les participants.

88 % des participants étaient moins stressés…

Une foule d’autres études ont confirmé l’efficacité de la méditation pleine conscience pour réduire le stress et l’anxiété.

Par exemple, dans une étude publiée dans l’International Journal of Stress Management88 % des participants ont réduit leur niveau de stress grâce à la méditation pleine conscience.

Dans cette même étude, les chercheurs ont demandé aux participants :

« Sur une échelle de 1 à 10, quel impact le programme de réduction du stress basé sur la pleine conscience a-t-il eu sur votre vie? »

La moyenne des réponses était de 9,2 sur 10!

Quand quelqu’un vous dit que cette méthode de réduction du stress a eu un impact de 9,2 sur 10 sur sa vie, c’est que la pleine conscience a changé sa vie.

Et ce ne sont là que quelques exemples… 

Le psychiatre Steven Selchen, conférencier à la faculté de médecine de l’Université de Toronto, résume très bien l’étendue des preuves scientifiques derrière la pleine conscience: « […] on publie plus d’un article scientifique par jour sur la méditation pleine conscience. La recherche est très vaste. »

Qu’en dites-vous?

La première fois que j’ai pris connaissance de ces études, j’étais à la fois enthousiaste, optimiste et, je dois vous l’avouer, un peu sceptique.

Mais j’avais besoin de faire quelque chose pour réduire mon stress et mon anxiété.

J’ai donc décidé de mettre mes doutes de côté et d’essayer la méditation pleine conscience. Je me suis engagé à la pratiquer pendant 30 jours, quoi qu’il arrive.

Même si j’ai trouvé l’exercice un peu exigeant au début, j’ai tenu le coup. Plus les jours passaient, plus j’en ressentais les bienfaits et plus j’étais heureux de mon choix.

Et je n’ai jamais abandonné depuis. Les bienfaits que j’en tire sont bien trop importants.

 

Recevez mes MEILLEURES astuces

Aimeriez-vous savoir...

Comment j'ai perdu 50 livres et atteint mon poids santé?

• Comment je gère mon stress et mon anxiété?

 

Sources : Cliquez ici pour voir les études scientifiques qui appuient ce texte.

La méditation pleine conscience, c’est quoi?

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une discipline qui a changé ma façon de vivre le stress et l’anxiété.

Je la pratique tous les jours et je ne pourrais plus m’en passer.

Je parle de la méditation pleine conscience.

On l’appelle aussi mindfulness, présence attentionnée, ou présence attentive.

La pleine conscience est une forme de méditation.

Elle est pratiquée depuis plus de 2500 ans et elle a fait ses preuves.

En occident, elle est surtout connue depuis les travaux de Jon Kabat-Zinn, un professeur de médecine de Boston.

Voyant l’efficacité de la méditation pleine conscience, Kabat-Zinn a fondé la Clinique de Réduction du Stress et le centre pour la pleine conscience en médecine de l’université médicale du Massachusetts.

Car la science est claire: ça marche!

Chaque année, des centaines d’articles scientifiques sont publiés au sujet de la pleine conscience.

Et de plus en plus d’hôpitaux l’enseignent pour soulager le stress et la douleur chez leurs patients.

En fait, plusieurs facultés de médecine, comme celles de McGill et d’Ottawa, obligent leurs futurs médecins à suivre des formations sur la pleine conscience.

Si j’en ressens moi-même les bienfaits chaque jour, que la science a prouvé son efficacité et que des hôpitaux se sont mis à l’utiliser, je crois que la pleine conscience pourrait vous aider aussi.

La pleine conscience est une façon particulière de vivre le moment présent.

Ici, le but n’est pas de vous changer les idées pour vous calmer. Oubliez la visualisation de plages de sable blanc, de vagues, et de palmiers!

Vous le savez déjà: se distraire, c’est rarement efficace.

La pleine conscience, c’est tout le contraire.

Vous êtes ici et maintenant.

Peu à peu, vous vivez la réalité autrement… avec une petite distance. Au début, c’est subtil.

Mais plus vous pratiquez, plus les effets se font sentir.

La pleine conscience change votre façon de vivre vos émotions et de réagir aux situations stressantes de la vie de tous les jours.

Vous êtes moins bouleversé.

Vous êtes de plus en plus stable, même au cœur de la tempête.

La pleine conscience est un entraînement de l’esprit vers le calme et la sérénité.

Peu à peu, les zones de votre cerveau associées à la peur et aux menaces deviennent moins actives. Pour une même situation, votre cerveau et votre corps réagissent différemment.

Une méditation à la fois, vous vous transformez.

De la même façon qu’il est possible d’entraîner vos muscles pour qu’ils soient plus forts, plus rapides ou plus souples, vous pouvez entraîner votre cerveau pour qu’il devienne de moins en moins réactif et de plus en plus calme.

Et c’est ce que nous commencerons dès le prochain texte!

 

Recevez mes MEILLEURES astuces

Aimeriez-vous savoir...

Comment j'ai perdu 50 livres et atteint mon poids santé?

• Comment je gère mon stress et mon anxiété?

 

Comment la méditation transforme votre cerveau pour atténuer votre stress

Voici une conférence de Sara Lazar qui démontre que la méditation pleine conscience transforme la matière grise du cerveau.

Selon les travaux de Mme Lazar, cette forme précise de méditation modifierait la quantité de matière grise de certaines régions bien précises du cerveau, et ce, en seulement 8 semaines.

Ces transformations du cerveau se traduiraient notamment par une diminution du stress, une amélioration du bien-être et une meilleure mémoire. Le yoga, qui est aussi une forme de méditation pleine conscience, apporterait les mêmes bénéfices.

(suite…)

Aller en haut