Vous avez envie de bien manger pour prévenir la maladie cardiovasculaire et le cancer, mais vous ne savez pas par où commencer?

J’ai la recette qu’il vous faut!

Ce cari de lentilles et de patates douces est devenu un classique chez nous. J’aime particulièrement sa simplicité. À quoi bon manger santé si la complexité d’une recette fait monter ma tension artérielle? 😉

Ici, rien de plus simple. Je me suis inspiré d’une recette de cari de lentilles de Ricardo, que j’ai adaptée pour la rendre encore meilleure pour la santé.

Pourquoi est-elle si bonne pour la santé?

* Comme toujours, vous trouverez mes sources scientifiques au bas du présent texte *

Un repas à base de plantes entières.

Les travaux du Dr Dean Ornish et du Dr Caldwell Esselstyn ont démontré qu’il est possible de prévenir et même de renverser la maladie cardiovasculaire en suivant une alimentation à base de plantes entières et faibles en gras et en sucre.

Prévenir la maladie cardiovasculaire veut non seulement dire prévenir les crises cardiaques et les AVC, mais aussi prévenir la démence, car une grande partie des démences sont d’origines vasculaires. En plus, on lutte du même coup contre plusieurs cancers, car l’inflammation chronique est un précurseur de maladies cardiaques et de cancer.

Ce qui est bon pour les artères est souvent bon contre le cancer, et vice-versa.

L’absence de viande.

Une étude publiée en mars 2019 a démontré que le simple fait de manger régulièrement un peu de viande rouge augmente le risque de décès de toutes causes de 23 % et le risque de décès par maladie cardiovasculaire de 34 %.

L’absence d’huile.

Les graisses animales (viandes, produits laitiers, lard, beurre) et les huiles végétales (huiles de cuisson, margarine, lait de coco) nuisent à la fonction endothéliale des artères.

Cela signifie que, dans les heures suivant un repas riche en gras, les artères perdent leur capacité à se dilater normalement. On sait maintenant que cette diminution de la fonction endothéliale est un signe précurseur d’athérosclérose et donc de maladies cardiovasculaire.

Notez que les noix, les graines et les avocats semblent faire exception à ce phénomène. Au contraire, les noix de Grenoble amélioreraient la fonction endothéliale des artères. Attention : je ne parle pas d’huile de noix, mais bien de manger des noix, ce qui est très différent.

Bref, manger des plantes grasses ne poserait pas problème alors que boire le gras isolé serait mauvais pour nous. Quand on y pense, c’est assez logique! C’est un peu la même chose pour le sucre et les fruits. Manger du sucre est mauvais pour la santé, alors que manger un fruit entier est bon pour la santé (même s’il contient du sucre).

Les lentilles.

Selon une étude, le simple fait de manger régulièrement des légumineuses serait l’un des plus importants facteurs pour prédire l’espérance de vie. Plus on mange de légumineuses, comme les lentilles, les haricots, et les pois chiches, plus on vit longtemps.

Les patates douces.

La patate douce est beaucoup plus riche en nutriments que la patate ordinaire. De plus, la patate douce contient un type particulier de protéines : des inhibiteurs de protéases capables de lutter contre le cancer.

Les inhibiteurs de protéases contenus dans la patate douce luttent notamment contre la leucémie, le cancer de la bouche, le cancer du côlon, et plusieurs autres.

Le curcuma.

Le curcuma est l’épice anticancéreuse par excellence. Le hic est que la curcumine, sa molécule anticancéreuse, est très mal absorbée sauf lorsqu’on la mélange au poivre noir. La pipérine du poivre noir multiplie par 1000 l’absorption de la curcumine.

Idéalement on devrait consommer un peu de curcuma chaque jour. En plus de lutter contre le cancer, il protège de la maladie d’Alzheimer et de la maladie cardiovasculaire.

L’ail.

L’ail est le légume au plus fort potentiel anticancéreux. Il sera particulièrement efficace contre le cancer du cerveau, du rein, du poumon, du pancréas, de la prostate et de l’estomac.

Maintenant que vous savez pourquoi cette recette de cari de lentilles et de patates douces est si géniale, voici la marche à suivre!

Ingrédients :

  • 700 ml de bouillon de légumes
  • 1 boîte de 796 ml de tomates en dés
  • 200 g (1 tasse) de lentilles vertes sèches, rincées et égouttées
  • 100 g (1/2 tasse) de lentilles rouges sèches, rincées et égouttées
  • 1 à 2 patates douces, lavées et coupées en petits dés (ne retirez pas la pelure)
  • 1 oignon, haché
  • 1 à 2 gousses d’ail, hachées finement
  • 1 ml (1/4 c. à thé) de poivre de Cayenne
  • 10 ml (2 c. à thé) de poudre de chili
  • 2,5 ml (1/2 c. à thé) de cumin moulu
  • 2,5 ml (1/2 c. à thé) de coriandre moulue
  • 10 ml (2 c. à thé) de curcuma
  • 2,5 ml (1/2 c. à thé) de poivre noir
  • Optionnel : jus de lime fraîchement pressé et coriandre fraîche (à ajouter au moment de servir)

Préparation :

Mélangez tous les ingrédients dans une mijoteuse. Assurez-vous qu’il y a assez de liquide pour recouvrir tous les aliments. Faites cuire à basse température (low) pendant 6 heures.

Je vous suggère de conserver la pelure des patates douces, car c’est, de loin, la partie la plus riche en nutriments. Par exemple, 80 % de ses protéines anticancéreuses se retrouvent dans la pelure. Cuisiner prend déjà assez de temps comme ça… pourquoi jeter 80 % des molécules anticancéreuses à la poubelle?

Nous ajoutons parfois un peu de coriandre fraîche et de jus de lime fraîchement pressé au moment de servir, pour rehausser les saveurs. Aussi, comme je suis un peu paresseux en cuisine, je double toujours la recette pour qu’il en reste une grande quantité. J’avoue cependant que la double recette est assez serrée dans ma mijoteuse! 😉

Bref, libre à vous d’expérimenter avec les proportions et les épices pour l’ajuster selon vos goûts!

Merci pour votre lecture!

P.-S. Si vous trouvez ce texte utile, merci de lire ce qui suit!

Jean-Denis


Jean-Denis Déraspe

Je suis Jean-Denis Déraspe, un auteur fasciné par la nature humaine et par tout ce qui améliore nos vies. J'ai une curiosité infinie pour les idées qui nous rendent plus heureux, plus en santé, moins stressés, plus productifs ou plus créatifs.

Voulez-vous vous joindre à moi? 🙂

Inscrivez-vous plus bas. Ensemble, nous apprendrons à faire les choses autrement pour avoir :

  • Moins de stress.
  • Une meilleure santé.
  • Plus de satisfaction au travail et dans la vie.

C'est 100 % gratuit et ça le restera toujours!

JOIN OUR NEWSLETTER
Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Sources :

Saeed Alshahrani et al. Red and Processed Meat and Mortality in a Low Meat Intake Population. Nutrients, March 14, 2019, DOI: 10.3390/nu11030622

Vogel RA, Corretti MC, Plotnick GD. Effect of a single high-fat meal on endothelial function in healthy subjects. Am J  Cardiol. 1997 Feb 1;79(3):350-4. PubMed PMID: 9036757.

Esselstyn CB Jr, Ellis SG, Medendorp SV, et al. A strategy to arrest and reverse coronary artery disease: a 5-year  longitudinal study of a single physician’s practice. J Fam Pract. 1995;41:560-568.

Esselstyn CB Jr. Prevent and Reverse Heart Disease. New York, New York: Penguin Group; 2007.

Esselstyn CB Jr. Updating a 12-year experience with arrest and reversal therapy for coronary heart disease (an overdue requiem for palliative cardiology). Am J Cardiol. 1999;84:339-341,A8.

Esselstyn CB Jr. Resolving the coronary artery disease epidemic through plant-based nutrition. Prev Cardiol. 2001;4:171-177

Morgillo S, Hill AM, Coates AM. The Effects of Nut Consumption on Vascular Function. Nutrients. 2019;11(1):116. Published 2019 Jan 8. doi:10.3390/nu11010116

Darmadi-Blackberry I, Wahlqvist ML, Kouris-Blazos A, Steen B, Lukito W, Horie Y, Horie K. Legumes: the most important dietary predictor of survival in older people of different ethnicities. Asia Pac J Clin Nutr. 2004;13(2):217-20. PubMed PMID: 15228991.

A C Bovell-Benjamin. Sweet potato: A review of its past, present, and future role in human nutrition. Adv Food Nutr Res 2007 52:1 – 59.

P G Li, T H Mu, L Deng. Anticancer effects of sweet potato protein on human colorectal cancer cells. World J Gastroenterol. 2013 19(21):3300 – 3308.

J Yao, C Qian. Sporamin induce apoptosis in human tongue carcinoma cells by down-regulating Akt/GSK-3 signaling. Fundam Clin Pharmacol 2011 25(2):229 – 236

D Breese Jones, C E F Gersdorff. Ipomoein, a globulin from sweet potatoes, ipomoea batatas: Isolation of a secondary protein derived from ipomeo. J Biol Chem 1931 93:119 – 126.

GJ Huang, MJ Sheu, HJ Chen, YS Chang, YH Lin. Growth inhibition and induction of apoptosis in NB4 promyelocytic leukemia cells by trypsin inhibitor from sweet potato storage roots. J Agric Food Chem. 2007 Apr 4;55(7):2548-53.

H Kobayashi, T Yagyu, K Inagaki, T Kondo, M Suzuki, N Kanayama, T Terao. Therapeutic efficacy of once-daily oral administration of a Kunitz-type protease inhibitor, bikunin, in a mouse model and in human cancer. Cancer. 2004 Feb 15;100(4):869-77.

D. Boivin, S. Lamy, S. Lord-Dufour, J. Jackson, E. Beaulieu, M. Côté, A. Moghrabi, S. Barrette, D. Gingras, and R. Beliveau. “Antiproliferative and antioxidant activities of common vegetables: A comparative study”. Food Chem., 112(2):374{380, 2009.

Photo par Monika Grabkowska